mercredi 11 octobre 2017

Là où je t'aime...





















Encrer mes yeux à tes yeux
rendre le monde en nous
et te dire :

je ne veux plus de l'étroitesse du monde
je ne veux plus des larmes
je ne veux plus partir et encore partir
chercher ma silhouette derrière les horizons
j'ai tant marché, tu sais, tant marché

J'ai allongé mon amour en tes mains
j'habite maintenant où tu m'aimes
et où je t'aime
de tes murmures j'ai bâti une île
j'ai posé des rideaux de couleurs
j'ai mis la table
une robe s'oublie sur une chaise
un parfum a ta voix

j'habite où tu m'aimes

Au bord de l'eau de ton regard
dans la brume qui raconte tant
je frissonne à des rires d'enfants,
et tes souffles et tes mains et la poésie

j'habite où je t'aime

il y a l'odeur du café et l'odeur de la nuit
la lumière qui entre par les fenêtres
des draps froissés
un livre qui attend notre âme
des après midi et des jours, des pluies et des lunes,
des soleils, une mer qui appelle
il y a des miettes faites petits plaisirs
et un baiser dans le cou

j'habite où tu m'aimes

Je prends tous tes silences, tous tes murmures, tout ton amour
j'en fait mes bracelets de chevilles
un collier que je porte à mes hanches
un parfum pour orner mes cheveux
des mots abandonnés sur un mur
et des mots à cacher dans tes poches

j'habite où tu m'aimes

Me voilà, moi la voyageuse, moi l'évadée
sur le pas de chez nous, sur le pas de chez toi
je compte les battements de ton coeur
le soleil se lève au mitan de l'infini

j'habite où je t'aime

Je suis arrivée sur l'île
j'ai posé ma valise et libéré les secrets et tous mes fantômes

J'habite là où je t'aime

Je suis là où tu m'aimes
je suis là où je t'aime

Identité

T'aimer.

Mariem mint DERWICH

(Artiste, Gustav KLIMT)