mercredi 4 octobre 2017

Mon tendre


Entamer ma nuit et venir te rejoindre dans notre lettre infinie, laisser les choses à la porte du monde, ouvrir la frontière et entrer en nous, là où tu es, là où je suis, là où un homme et une femme qui s'aiment peuvent enfin se dépouiller de l'inutile et se regarder. Je t'aime.
La belle musique, la belle prière de Bruch pour mettre un sens à mes mots pour toi, à ce que tu lis en ce moment, à tes yeux qui regardent mon âme t'écrire.
Laisse mes mains te dire la douceur, laisse-les te murmurer les histoires que tu fais naître en moi.
Laisse mes yeux te raconter que tu me grandis, que tu es immense, tellement immense que mon regard ne suffit pas à te rendre à ce que tu es. Laisse mes mots pour écrire l'amour de toi et te remercier de m'avoir dessinée à la profondeur de ton amour. Et notre lettre si infinie pour toute ma gratitude et mon émerveillement, pour mon merci si pauvre, si pauvre...
Tu es dans ma vie, miracle, miracle mien, homme mien. Tu es ma vie. Ma vie.
J'ai fait de ta voix un collier que j'endors entre mes seins, près de ce battement de coeur qui s'enfuit à chaque fois que je t'écoute. Depuis que je te connais, depuis que je suis tienne, absolument tienne, intimement tienne, j'ai le coeur immense, si grand. Il te porte, il te parle, il t'aime, il te dit toutes ces petites choses amoureuses, ces mots qui rendent une histoire à la magie, à la permanence d'un sentiment fort. Je t'aime et mon coeur chavire à chaque fois... Je chavire à chaque fois.
Je pensais avant, dans cet avant où je te cherchais mais ne t'avais pas encore  retrouvé, dans cet avant amer, que l'amour s'épuisait de lui-même au fur et à mesure du temps. Je découvre que l'amour, en tous cas mon amour pour toi, ne faiblit pas, que je suis aussi amoureuse qu'au premier jour, que je ressens la même émotion, le même frisson, la même attraction vers toi. Je t'aime.
Je te regarde me lire et j'ai envie d'effleurer ta bouche du bout des doigts, juste effleurer le gonflé de ta lèvre inférieure, juste pour la tendresse de cette lèvre.
J'ai les mains orphelines de ton corps. J'ai ma vie comme amputée de sa part vitale. J'ai mon regard devenu une mémoire et qui chérit cette mémoire.
Je t'aime. Je t'aime.
Garde nous. Ne me laisse pas partir, ne me laisse pas redevenir rien, néant. Garde nous, garde moi.
Je t'aime ma tendresse, mon homme, mon amour. Mon amour.
Je vais, comme toutes mes nuits, m'enrouler dans tes silences d'après l'amour; tu vas venir adoucir mon corps; je vais me caler contre toi et te respirer, te respirer, te respirer pour que mon sommeil t'emporte en moi.
Tu poseras ton bras sur moi et, alors, je serai à l'abri de tout. Près de toi j'ai toujours eu la sensation d'être protégée. Tu m'as permis ça aussi : la sécurité, de me sentir protégée, entourée, aimée.
Je t'aime et il ne me suffira pas du reste de ma vie pour te dire tout ce que je ressens pour toi.
J'ai tant d'amour de toi en moi qu'il me faudra l'éternité pour te le raconter.
Je t'aime. Je suis femme amoureuse de son homme, femme qui pourrait tomber à genoux devant lui, qui l'aimera encore et encore, jusqu'au bout de sa vie, qui l'aimera parce qu'il est son homme à aimer, son bel amour, sien.
Elle te regarde la lire cette femme, elle sait ce qui traverse ton visage, elle sait que ses mots te sont vie et forces; elle t'aime...
Je t'aime.
Je sais qu'il me suffira de fermer les yeux pour qu'à nouveau tes bras m'enveloppent et que ma tête retrouve le creux de ton épaule et ton odeur et ton corps si familier et tes murmures qui rendent ma peau et mon âme frissons.
Tu es mon amour. N'en doute jamais. Ne vois-tu pas que je suis tienne? Que tu es mon unique?
Entends que plus jamais un autre homme ne posera ses mains sur moi ni son amour en moi. Je t'aime. Et j'aime ma nouvelle vie : tu y es.
Oh mon ange, mon coeur, mon amour... Je donnerais tout pour te voir ne serait-ce que 5 minutes, pour pouvoir prendre ton si beau visage entre mes mains et poser ma bouche contre la tienne. 5 minutes pour que tes yeux de brume empoignent les miens dans la douceur et la magie d'une musique qui n'appartient qu'à nous, offrande du monde, offrande d'un poète soufi... 5 minutes pour tisser une vie. Je t'aime.
Ferme les yeux mon amour et revis nous : nous sommes là bas, dans cette chambre d'un appartement anonyme; tu es allongé sur le dos, la tête un peu hors du lit; j'ai mon oreille posée à ta poitrine, sur le côté et j'écoute ta voix résonner en moi et je pleure doucement. Tu me racontes tes rêves, tes voyages, tes vols, tes mers, un bateau qui t'attend, les tiens, tes blessures, ta vie fragile, moi, nous. Je viens de m'abandonner en toi, complètement, pour la première fois. Je ressens la puissance et la folie de mon amour pour toi. Je suis bien et j'ai peur aussi. Mais il y a une évidence : tu es mon homme, mon amour, mon homme.
Et je t'aime, je t'aime dans ton "Je t'aime"... Tu es alors mon sentimental, mon amoureux, mon tendre, ma douceur, mon désir, mon fragile, mon enfant, mon homme, mon paumé, mon tout.
Tu me manques.
Je t'aime.
Là bas....

MMD