dimanche 29 octobre 2017

Mon si amour...

Pour tes mots de nous, tes mots de moi, tes mots du manque et d'un lointain, ces notes et mon amour que je dépose en elles, mon amour que je mets en Lettre infinie, tout mon amour que je porte à ta mémoire.
Je t'aime.
Tu me manques tellement. Tu manques à ma vie ici, à ma vie tout court. Pourtant je te porte en moi seconde après seconde. Mais ton corps, tes rires, ton humour, tes yeux, tes mains pour rendre l'espace respirable, ton odeur, ta présence, ton intelligence, ta tendresse, tout me manque.
Et quand le manque est trop pointu je m'arrondis en nous, je me coule en tes bras, je mets mon nez dans ton cou et je repars sur l'entre-île, la notre, celle qui nous habite. Ne pas quitter l'espace de tes bras, ta présence, ne pas quitter ton regard et rendre le monde, mon monde, plus acceptable.
À la nuit refermer la porte sur nous, laisser le monde dehors et rentrer en ma mémoire, celle où tu marches et où tu m'aimes et où je t'aime et où un regard, un geste ébauché, un murmure deviennent un infini amoureux et sensuel.
Je t'aime amour mien. Et je roule en moi mon " Homme mien"; homme de mes merveilles, homme de mes miracles, homme si mien...
Poser mes doigts à l'attache de ton épaule, à la douceur forte de ton bras, à la tendresse de ta poitrine, à la puissance de tes hanches, à l'arrondi de tes lèvres, à ta voix, à ta façon particulière de poser certaines lettres, à tes yeux qui lisent un livre, à tes mains qui empoignent l'espace, à ton odeur allongée sur ma peau, à ton rire, à un cadeau de toi... Tienne en tout ceci. Si tienne.
Accomplir tous ces petits gestes des quotidiens et t'y inscrire... Me coiffer et sentir tes doigts en mes cheveux, dessiner mes yeux et t'offrir mon regard, boire un café et devenir goût et légère amertume sur ta bouche, poser un parfum entre mes seins et devenir sillon odorant pour toi, lire et te sentir pas loin, m'allonger chez nous, en notre chambre et des frissons font ma nuit, écouter nos musiques et t'entendre me toucher en toutes ces notes qui nous émeuvent et qui nous disent mieux que toutes les paroles... Tu es mes heures et mes jours et mes nuits.
Je t'aime.
Tienne, femme tienne et j'aime cet abandon à toi, ce lâcher prise à toi et à nous, à ce que tu as permis et que tu permets. Femme tienne.
Mon si beau fragile, mon si tendre, mon si amour, tu me manques.
Et toute la douceur de nous, toute cette douceur... Nous est douceur et liberté. Et demain. Et cette nuit. Et ce tout de nous que nous avons tissé ici et qui danse, à chaque fois familier et à chaque fois nouveau.
Je t'aime mon bel amour mien. Mon homme qui m'a apportée un sentiment de sécurité  neuf pour moi. Je t'aime tu sais, je t'aime si fort que je peux enfermer le monde entre mes mains et te l'offrir.
Je t'attends et je t'attendrai. Tienne, femme tienne, femme à toi.
Seul l'amour est. Laisser aux morts en sentiments la fadeur et la tristesse de leurs vies étroites et ne vivre que l'amour. Aimer, être aimé. Je t'aime. Seul cela compte. Nous. Et toi pour étoile mienne, pour mon ciel, pour nos rêves et nos espoirs. Tu es ma force. Tu es mon amour.
Je t'aime.

MMD