lundi 22 janvier 2018

Amour mien,
engluée dans un décalage : heureuse, pas heureuse. Pleine de nous, de toi, vide de nous, de toi. Respirer dans là bas, cet ici de quelques jours devenu maintenant un autre là bas, vivre dans le maintenant d'ici...
Et t'aimer, encore et toujours. T'aimer dans cette re découverte permanente de toi, t'aimer. Je t'aime.
Je porte ma mémoire. Elle m'est chaleur, lumière, douceur, électrique, peau et coeur. Et toi en centre de ce tout qui se brode au fur et à mesure des mois.
Laisser cette vague si belle construire, dé construire. Et t'aimer. T'aimer. Ma fierté. Ma joie. Mon plaisir. Toi. Simplement toi mon homme. Toi mon si gentil. T'aimer.
Comment ne pas t'aimer? Comment ne pas aimer ce toi qui fait partie de moi, qui est en moi, qui me rend femme et plénitude?
Je t'aime mon bel amour.
Et chérir les instants, le temps de nous, ton visage endormi sur mon épaule, ton bras sur mes seins, ta chaleur, ton odeur... ces petits tressaillements de ton sommeil, regarder la ligne de ton visage dans la pénombre, caresser des yeux ton épaule, ressentir de façon si charnelle le poids de ton bras, n'être que cette femme en amour d'une étoile sienne, toute repliée sur son homme et, en même temps, allongée dans un instant si parfait et si simple : regarder, entendre, écouter, aimer, caresser avec son coeur et son âme l'homme qu'elle aime. Paix. Musique. Amour.
T'aimer. Écouter le son de ta voix, chaque mot...
T'aimer. Tes gestes, tes mains, ton corps qui lutte contre la douleur, ta manière de marcher, d'occuper l'espace, tes yeux sur un livre, ton regard, ta nuque, ta façon d'allumer une cigarette...
Ton rire, tes yeux qui soudain deviennent mes Pléiades, ton si beau sourire, le lumineux en ton regard, le gai, le tendre, le taquin... Mes yeux de brume.
T'aimer. Tes larmes soudain, cette émotion, cette fragilité toute en sensibilité, ton coeur que tu déposes en tes yeux et que je prends en moi. Cette enfant que l'on dessine. Ces lointains qui nous attendent. Ta bouche qui dépose un baiser sur ma nuque. Douceur, douceur...
T'aimer. Retrouver la vie quand tu es dans mes espaces amoureux. Retrouver le plaisir et non l'ennui permanent. Retrouver goût de moi sous tes yeux... Petits moments de quotidiens volés au temps et à la prison.
Et t'aimer.
T'aimer quand tu fermes les yeux en m'embrassant, ton visage tendu vers la caresse... T'aimer pour tes mille petits gestes qui sont ta lettre amoureuse, ta poésie de nous...
T'aimer et te trouver si magnifique, si grand, si intelligent, si ouvert aux autres.
L'émerveillement toujours, toujours là. Ta main dans laquelle j'enfouis mon nez et ma bouche. Belles belles mains... Tu es beau.
Je t'aime ma lumière, mon ange, mon amour, si amour, si amour.
Je t'aime. Et si heureuse d'être ta compagne, ta femme amour. Tu me grandis, tu me fais, tu me permets le monde, tu m'oses. Je t'aime.
Je t'aime merveille et merveilles.

MMD