jeudi 4 janvier 2018

L'emmurée...

Coller le visage aux barreaux
l'oiseau parle parle parle
si je ferme les yeux il déposera le bleu du ciel
et mes paupières seront soleils

J'ai enfermé l'oiseau en mon regard

Arpenter mes sables, mes dunes, mes forêts
un océan m'attend, une mer danse
et les vagues et le sel et les vents

et l'oiseau

Les barreaux collent à ma peau
parle l'oiseau, parle
raconte le monde et la petite fille qui danse
et la femme qui chante sous les mains d'un amour
parle l'oiseau, parle

Dis moi les mondes et les horizons
et des chants pour vivre
l'instant, le mouvement et l'immobilité
les poèmes devenus ors et terres de feux

Parle mon oiseau
parle la langue libre
la langue nomade
la langue des silences

Scelle mes paupières
les barreaux m'étouffent
rends les lointains et voiliers
et phare

Je rêve que je rêve

et un oiseau a fait son nid en mes cheveux

L'emmurée rêve qu'elle rêve...

Mariem mint DERWICH